Si on veut, on peut tout comprendre, dans le spectacle « Le Poulet » et dans les violences policières. Bien au-delà d’une prose anti-flic ou banalement « ACAB », l’éminente master classe du professeur Asâne Balelo place entre les mots et les sons, les concepts qui forment le pilier répressif d’une société policière. Pris dans un flot verbal éducatif, accusateur et sans fin, nous vivons une pièce de L’Âne Solo, pleine d’ironie et de mépris pour ceux qui dominent, faite pour ceux qui sont dominés.

Là où d’autres font disparaître des lapins ou des pigeons, ici il s’agira de faire disparaître un poulet.

Le colloque du rap-professeur, cherche à comprendre « les raisons de la recrudescence de l’agressivité dans les élevages » à travers des jeux de mots qui font rire, touchant des réalités qui évoquent l’actualité et la violence d’État.

« Quand j’entends le mot violences policières, je m’étouffe »

Abordant tour à tour des sujets aussi variés que l’industrie agro-alimentaire, les violences d’état, les violences sexistes, la pollution, au rythme de la musique, peu a peu se dissèque le p.o.u.l.e.t, qui disparait sous nos yeux.

Voici notre retour vidéo :