South Face – les néonazis se lachent à Montpellier

Vu leur silence, tout semble indiquer, que pour Michaël Delafosse ou pour le préfet Hugues Moutouh, les actes violents du groupe néo-nazi South Face à Montpellier, ne sont pas inquiétants. Les grands médias montpelliérains, de leur côté, semblent partager ce même mutisme ; laisser le mystère occuper le débat et réduire les affrontements entre l’extrême droite et les forces politiques de gauche à de simples rixes. Si l’extrême droite est aux portes d’entrée du pouvoir, en partie, c’est grâce à la complicité que les partis politiques et les médias de droite, ont eue avec les idéologies extrémistes. À ceci, s’ajoutent les dissolutions d’associations de gauche, antiracistes, accusées d’appeler à la violence, qui sont en réalité, en première ligne lorsqu’il s’agit de la préservation de la démocratie.

https://www.francebleu.fr/infos/politique/hugues-moutouh-la-securite-avant-tout-1626703015

La South Face

Il demeure difficile de savoir à quel moment le groupe d’extrême droite The South Face commence à se structurer indépendamment de la Ligue du Midi. Cependant plusieurs événements médiatisés, ont certainement contribué à cette coupure qui débute en 2018 : échec électoral, condamnations des Roudier, demande de dissolution de la Ligue du Midi par la député de la FI Muriel Ressiguier, la dissolution du Bastion Sociale, dépôt de plainte par la journaliste Ysis Percq suite à une agression lors d’une manifestation interdite, les suites juridiques après les violences commises à l’encontre des étudiants qui bloquaient la fac de Droit : Le 22 mars 2018 à Montpellier, un commando cagoulé déloge violemment les étudiants occupant un amphi de la fac de droit pour protester contre Parcoursup. Début 2019, l’extrême droite est virée du mouvement des gilets jaunes, etc.

D’un autre côté, la Génération Identitaire, (groupuscule originairement lyonnais, actuellement dissous), accentue ses actions violentes et racistes. On peut se demander si la petite fraction extrémiste montpelliéraine, plus jeune, très invisible, ne veut pas gagner en prestige dans le sud de la France (d’où le nom « la face sud » inspirée de la marque « The North Face« ) adoptant, comme par mimétisme, des actions ultra-violentes.

Les militants de la South Face vont donc se pointer avec les Zouaves de Paris, Bordeaux nationaliste et autres groupuscules extrémistes, pour faire valoir leur fierté, leur haine et leur engagement. South Face sera le nom du groupuscule au niveau national, cependant dans une volonté de revenir aux origines religieuses et locales, le jeune clan fasciste va créer la Jeunesse Saint Roch en mai 2020. Son nom, s’est inspiré de Saint Roch (né vers 1350 à Montpellier, dont il est le saint patron, Rochus en latin ou Sant Ròc en occitan, est un pèlerin et thaumaturge français, dont l’existence a récemment été remise en cause). Selon le média indépendant Montpelliérain Le Poing, les « références des membres de la « Jeunesse Saint-Roch » témoignent d’un affligeant mélange de références au nazisme et au royalisme, d’une pseudo-spiritualité « catho tradi » et païenne, de postures hooligans antisystème et de discours pro-police ». Font partie du petit groupuscule  » deux jeunes de Castelnau-le-Lez, étudiant à l’université Paul-Valéry, Ongwé « Louis » L. G. et Clément « Nodric » N., ainsi que d’un ex-skin néonazi « Efflam », d’un étudiant en pharmacie catholique traditionaliste et fils d’un responsable de la FNSEA, Florian L., de la copine de ce-dernier, une étudiante en droit, Athénais N. d’A, issue de la haute-bourgeoisie biterroise ».

De manière plus générale, nous explique un journaliste du Le Poing « la South Face rassemble des fafs locaux qui sont issus ou transitent entre les groupuscules locaux : l’Action Française, Ligue du Midi, Jeunesse de Saint-Roch, l’Union nationale inter-universitaire, adoptant un étrange mélange idéologique, où ils se retrouvent dans l’action violente ».

19/01/2020 PIERRE PLOTTU : Comme lors de la Manif pour tous d’octobre dernier, les gros bras néofascistes et ultranationalistes étaient au rendez-vous ce dimanche de manif #MarchonsEnfants #LMPT. 👉 ils revendiquent cette fois des violences, notamment contre un journaliste de France inter

Expulsés du mouvement populaire des gilets jaunes, les fascistes reviendront en scène avec la crise du Covid-19. En plus de s’investir sur les réseaux sociaux et de propager une multitude de complots, les fascistes de la Ligue du Midi et de la South Face vont infiltrer le mouvement anti-vax et anti-pass à Montpellier, et finir par s’imposer en tête de cortège. Ils vont d’ailleurs soutenir leurs compagnons fafs à Paris, Toulouse, Marseille, etc.

Lors de la rixe du samedi 11 septembre 2021, les militants toulousains d’extrême-droite n’étaient pas seuls. Selon le site antifasciste Fafwatch, des renforts sont arrivés de toute la France : « cette attaque planifiée du groupe de fachos contre la manif a été dirigée par Enguerrand Pacotte, militant d’extrême droite radicale, ex Génération Identitaire, qui a déjà mené l’attaque du 14 Juillet 2021. Cette fois-ci, les Toulousains de l’Alliance Scandale (qui sont en train de monter une section toulousaine de « La Meute » ) ont appelé en renforts des fachos de la région de Nîmes et Montpellier (la South Face et la Ligue du Midi dont Richard Roudier), de Bordeaux (Bordeaux Nationaliste et François « Batdaf » Galvaire), ainsi que des militants de Civitas. »

Plusieurs personnes liées à l’extrême-droite, bien équipées (gants à coque, bâtons, matériel de boxe, barres en métal), ou arborant des signes comme la Croix de Bourgogne ou des t-shirts avec la mention « QUI ? », (référence antisémite après les propos du général Delawarde sur Cnews), ont déclenché la colère des antifascistes. D’autres pancartes malheureuses, complotistes et/ou maladroites, ainsi que des autocollants néo-nazis, ont aussi été remarqués.

Après deux confrontations extrêmement violentes entre les militants fascistes et antifascistes, l’extrême droite se voit forcée à renoncer à sa présence dans les manifs anti-pass. La Ligue du Midi annonce sa retraite définitive du mouvement. C’est ainsi que les militants fascistes reformuleront leur stratégie en vue de la présidentielle ; mieux s’investir dans les rangs de Zemmour, augmenter leur présence dans les rues, plus précisément à travers de l’art urbain, et s’adonner à ce qui sont bel et bien des ratonnades fascistes. Voici quelques exemples :

Janvier 2022, reporte la Mule : derrière les arènes de Nîmes, le grand café de la Bourse est bondé. De l’extérieur, on distingue à travers les grandes vitres de l’établissement des dizaines de personnes serrées les unes contre les autres. Devant l’entrée du bâtiment, en guise de service d’ordre, la Ligue du Midi est là. La présence des militant∙es identitaires n’est pas le fruit du hasard. À l’intérieur, c’est une réunion du comité local du parti d’Eric Zemmour, Reconquête Gard, qui se tient.

« Si impossible n’est pas français, sa déclinaison gardoise, elle, est bien de Droite souverainiste et patriote », affichait la section lors de sa création le 11 décembre dernier. Une volonté incarnée par les têtes du parti. Le président, Marc Taulelle, élu à la mairie de Nîmes, s’est vu retiré par le maire LR sa délégation à la construction et à la rénovation énergétique des bâtiments pour avoir fait venir Zemmour dans la ville en octobre, événement qui avait d’ailleurs fait salle comble. Mais la figure la plus connue reste le vice-président, Samuel Lafont. Figure médiatique invitée sur les plateaux télévision, co-responsable des réseaux sociaux pendant la campagne de François Fillon aux dernières présidentielles, co-fondateur du site de désinformation d’extrême droite Damoclès et membre de l’équipe de campagne d’Eric Zemmour… Le CV est bien fourni.

Dans notre enquête « À Montpellier, l’extrême-droite se réapproprie l’art de rue », ces formes artistiques de résistance populaire, enracinées et issues d’une pensée politique de gauche, comme le graffiti, le pochoir, la peinture murale, le collage ou les autocollants, sont devenues un moyen pour les néo-nazis et autres groupes identitaires de diffuser leur haine.

Sur la page Facebook de la Jeunesse de Saint Roch, certaines photos de leurs collages nocturnes sont accessibles au public. En plus des autocollants racistes qui mettent en valeur Laetitia Avia, comme la grande sœur (« Big Sister »), référence à l’oeuvre d’Orwell, 1984. Ces jeunes extrémistes, récupèrent aussi la technique du collage utilisée par les féministes pour dénoncer les violences faites aux femmes, mais ici avec un contenu islamophobe.

La rune d’Algiz, la rune d’Odal et la croix celtique, ont été identifiées des dizaines de fois à Montpellier. Écrites à la bombe sur les murs et par terre, ces symboles, récurrents dans la pensée idéologique néo-nazie, « décorent » la ville de Montpellier. En ce qui concerne la rune d’Odal, aussi appelée Ōthalan, elle signifiait « famille », « prospérité » et « héritage » dans la langue viking. Pendant le nazisme, plusieurs groupes nazis, dont les Jeunesses hitlériennes et certaines divisions SS, se sont approprié le symbole. Après la 2éme guerre mondiale, les néo-nazis et l’extrême droite vont utiliser les runes et la croix celte comme signes distinctifs.

https://www.lamule.media/wp-content/uploads/2021/10/signal-2021-08-28-231011-693x520.jpeg

Sur le plan national, déjà en 2021 les violences commises par l’extrême droite avaient explosé, rapportent nos confrères de Rapports de Force : « Lorsque nous avons publié notre première carte des violences de l’extrême droite, à la fin du mois de juin 2021, nous comptabilisions une trentaine de faits survenus depuis le début de l’année. Trois mois et dix jours plus tard, ce chiffre a plus que doublé et nous en sommes désormais à 64. »

 

Le groupe The South Face va attaquer une première fois le lieu associatif Le Barricade en décembre 2021, et poster sans crainte de représailles la vidéo de l’attaque, qui a fait au moins deux blessés, sur OuestCasual, un canal Telegram de propagande néo-nazie.

11/12/2021 CR The South Face (Montpellier)
Blitzkrieg pour l’ouverture du bar antifa « Le Barricade »

Un groupe d’une douzaine de fafs se monte sur le tas pour aller rendre visite au bar « Le Barricade » qui inaugurait ses nouveaux locaux.
La charge est lancée sur les antifas qui fumaient devant le bar. La moitié va se cacher dans le bar, effrayée par leurs gars qui tombent raides. 7 d’entre eux s’enfuient sur les rames du tram en pensant y trouver la rédemption.

Quelques mois plus tard, le jeudi 14 avril 2022, 12 militants d’extrême droite attaquent, pour la deuxième fois, l’association Le Barricade. Dans une action très rapide et de grande violence, les militants fascistes ont utilisé un mortier d’artifice, jeté un fumigène bleu à l’intérieur de l’espace, puis des bouteilles de vodka/Manzana vides et des pierres vers les personnes qui se tenaient tranquillement à l’intérieur. Également, la baie vitrée de l’entrée fut brisée. Celle-ci, rebelote, tombe aussi sur le silence assourdissant de Michaël Delafosse et du préfet Hugues Moutouh.

D’après notre enquête, Le Barricade n’est pas un lieu plein d’ultra gauchistes, au contraire, plus précisément, c’est un lieu associatif multiculturel ; qui accueille des personnes de différents horizons et nationalités, et qui propose des activités variées, gratuitement, à un public de gauche certainement, mais qui brasse les étudiant.es, les travailleurs, les bénévoles.

C’est sur ce point, que le silence médiatique et politique est grave, car il invisibilise et rend légitime la violence fasciste qui s’abat sur une diversité de personnes allant bien au-delà de l’extrême gauche. On peut se demander si l’État pense ou veut, que les fascistes fassent le travail que les élus et la police ne peuvent faire : taper sur les gauchistes.







La Mule est un média libre et indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. Votre soutien est déterminant pour la poursuite de notre action, totalement bénévole, qui vise à documenter les multiples luttes locales dans la région de Montpellier - et parfois au-delà - et à interroger les rapports entre le pouvoir politique et la population.

Face au monopole de groupes de presse détenus par des milliardaires, la Mule défend une information libre, apartisane et engagée, déliée de la question économique. L'accès à notre site est ainsi totalement gratuit et sans publicités.

Je soutiens la Mule par un don ou un abonnement à prix libre !
Partager